Je suis fière de moi. C'est bizarre de dire ça. Je n'aurai jamais dit ça avant, trop égocentrée, loin de ma personnalité, blablabla... .


       En réalité, je n'ai plus honte maintenant de dire que je suis fière de moi. Il faut bien s'aimer de temps en temps.

      Je suis juste allée faire des courses mais attention pas au marché à pieds comme d'habitude, pas au petit magasin pas loin. Non, je suis allée au grand, méga, géant magasin !!! ououououououhhh !!! Je me suis équipée, j'ai préparé ma carriole, mon vélo, mon gilet. (Il manque le casque ahaha il faut que je m'en occupe, petit bémol) et je suis partie avec une petite trouille sur ces routes avec ces voitures qui roulent à fond. Peur de faire confiance aux autres, peur qu'on ne me voit pas. En arrivant, j'ai accroché mon vélo. Tout cadenassé, j'avais encore peur de me faire voler quelque chose.

     J'ai vraiment confiance en l'humain, n'est-ce pas ?

Le scénario catastrophe comme d'habitude était bien en place (accident, vol, roue crevée la totale, enfin tout ce qui peut arriver quand on fait ses courses en vélo).

    Courses faites, tranquille, sans trop de monde comme j'aime. Je supporte beaucoup moins la foule maintenant, trop de stimuli. J'ai chargé ma carriole en me demandant vraiment si j'allais pourvoir pédaler ; je me suis donc chanter la petite chanson du serpent Kaa dans le livre de la jungle « aie confiance » avec la version « crois en toi !!!! et non crois en moi ».

   Arrivée à la maison, les nerfs ont lâché, grosses larmes, gros sanglots de fierté, de soulagement d'y être arrivé. Les pensées un peu négatives de « tu vois à quoi tu en es réduite, à te satisfaire de ça » sont apparues mais je les ai vite évacuées.

      Certes ma vie n'est plus la même, mais je sais juste que c'est loin d'être fini et que l'on peut se contenter de pas grand- chose et en être fière. Ce sentiment d'indépendance n'a pas de prix !!

   Plus de voiture et bien réagissons !! Je suis devenue éco-citoyenne par défaut et c'est tant mieux.